mardi 11 février 2014

Sponsor : D'une attitude irrationnelle vis-à-vis de certains anglicismes.

Il y a parfois quelque chose d'irrationnel dans l'attitude de certains vis-à-vis des anglicismes.

Au Québec, on ne supporte pas le terme sponsor. On s'est empressé de le remplacer par commanditaire, créant ainsi une nouvelle acception à ce terme. Mais personne n'est gêné par aréna, qui fleurit sur les frontons de nos patinoires, ou campus, qui s'applique à la plupart de nos cégeps et universités, mais s'ils ne sont pas toujours installés sur de véritables campus…

Or, qu'il s'agisse d'aréna, de campus ou de sponsor, ce sont trois mots de même origine latine. Et le français est une langue latine… Trois mots réintroduits en français par l'intermédiaire de l'anglais… Trois mots qui ont donné aussi par évolution phonétique normale arène, camp, champ et époux

En effet, sponsor vient de spondere, signifiant promettre, garantir, qui a donné sponsa (fiancée), sponsus (fiancé, époux) et sponsor (garant).

Comment expliquer rationnellement ce rejet de sponsor et cette acceptation d'aréna et de campus ?

Mots-clés : français; français québécois; anglicisme; attitude; aréna; campus; sponsor.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire