lundi 21 mai 2018

Doit-on dire « fine cuisine » ou « cuisine gastronomique » ?

 On voit souvent affichée à la vitrine de restaurants à Québec ou à Montréal l'expression fine cuisine. Malgré son air « bien français », c'est un emprunt direct à l'anglais. Normalement, en français, on dit cuisine gastronomique, cuisine raffinée ou cuisine d'exception. A un niveau supérieur, on dit grande cuisine ou haute cuisine.

Mots-clés : langue française; Québec; anglicisme; fine cuisine; cuisine gastronomique; cuisine raffinée; cuisine d'exception; grande cuisine; haute cuisine.

samedi 19 mai 2018

Le développement de l'enseignement du russe à l'Université Laval dans les années 1970.


J'ai lu avec grand intérêt le mémoire de maîtrise de Nathan Labarrère portant sur « Les perceptions d’immigrants russes à l’égard de leur pays d’origine de 1970 à nos jours dans la province de Québec » (mémoire de master, Université de Pau et des pays de l'Adour). Une partie de ce mémoire est consacrée au développement de l'enseignement du russe à l'Université Laval dans les années 1970. À l'aide des archives de l'université et de témoignages, l'auteur retrace l'activité des acteurs de ce développement, Ilonka Schmidt-Mackey, Cyrille Jauksch-Orlovski, Hélène Paléologue et moi-même. Il rappelle la création de la mineure de russe, l'organisation de voyages en URSS, la projection de films, etc. Dommage qu'il n'ait pas évoqué le rôle important du cercle Pouchkine, créé dans ces années-là par Hélène Paléologue, Serge Kaliaguine et moi-même, et animé avec passion pendant de nombreuses années par Louise « Tatiana » Lamarre. Ce cercle a permis d'établir un dialogue riche et amical entre Québécois et russophones à une époque où l'URSS était encore très fermée. Dans son mémoire, Nathan Labarrère a aussi largement fait appel aux écrits de la regrettée Olga Boutenko, dont j'ai traduit un certain nombre de récits sous le titre Moscou-Québec, récits d'une immigrante (Varia, Montréal, 2003). Beaucoup de chemin a été fait pour l'enseignement du russe à Québec malgré des difficultés de toutes sortes. Depuis plusieurs années, il est entre de très bonnes mains avec Alexandre Sadetsky et Tatiana Mogilevskaya.

Pour lire le mémoire : https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01288701

Mots-clés : Nathan Labarrère; langue russe; enseignement; Université Laval; Québec; Cercle Pouchkine; Louise « Tatiana » Lamarre; immigrants; Olga Boutenko.

mercredi 16 mai 2018

Quand le Petit Robert se plante dans une définition.

Les spécialistes considèrent que le Petit Robert s'est planté dans sa définition du SUV (Sport Utility Vehicle), qu'on désigne couramment au Québec sous le nom de VUS (Véhicule utilitaire sport). Voir ce lien :

https://www.challenges.fr/automobile/actu-auto/quand-le-petit-robert-se-plante-sur-la-definition-du-suv_587515

Mots-clés : Dictionnaire; Petit Robert; erreur; définition; SUV; VUS.

Un emploi spécialisé de « canceller » en français


L'emploi du verbe « canceller » dans le sens d'« annuler » est très critiqué au Québec. On y voit un anglicisme. On n'a pas totalement tort. Ce serait plus exactement ce que certains linguistes appellent un « anglicisme de maintien ». Le mot en usage en ancien français aurait été supplanté par « annuler » en France, mais serait resté en usage au Canada français sous l'influence de l'anglais to cancel (qui l'avait emprunté à l'anglo-normand canceler, du latin cancellare). En français standard contemporain, on dit « annuler » alors que d'autres langues romanes l'emploient encore couramment (cancelar en espagnol et en portugais, cancellare en italien). Cependant le verbe s'emploie encore en français contemporain dans la langue spécialisée du droit dans le sens de « biffer », « barrer » un texte ou une partie d'un texte, ce qui a pour conséquence de l'annuler. Voici un exemple récent de cet emploi à propos de l'affaire du« petit Gregory » en France (la parenthèse est de l'auteur de l'article) : 

« La chambre de l’instruction [de Dijon] a par ailleurs cancellé (partiellement annulé) tous les actes portant mention de sa mise en examen, et annulé la confrontation entre Murielle B… et son cousin du 28 juillet 2017, ainsi qu’une expertise psychologique. » (Le Monde, 16 mai 2018).

Je relève dans le Littré : 
Canceller - Terme de jurisprudence qui a vieilli. Annuler une écriture en la croisant par des traits de plume, ou en y donnant un coup de canif.
Cancellation - Action de canceller.
Cancellé - Biffé, annulé. Lettres cancellées et annulées.

Mots-clés : français; français québécois; anglicisme; anglicisme de maintien; canceller; annuler; biffer; barrer; anglais to cancel; espagnol, portugais cancelar; italien cancellare.

lundi 7 mai 2018

Où est passée la terminologie québécoise?

La lecture du programme du colloque en terminologie tenu dans le cadre du congrès de l'ACFAS me force à m'interroger sur la situation de la terminologie au Québec. Il semble loin le temps où nous pouvions nous vanter d'être des pionniers en la matière, du moins dans le monde francophone. Le programme montre cruellement l'absence des universités québécoises et même - c'est proprement incroyable - de l'Office québécois de la langue française.
Quelles recherches se font-elles dans ces organismes alors que la terminologie a été révolutionnée par les nouvelles techniques ? Comment les universités québécoises ont-elles adapté leurs programmes de formation? À lire le programme du colloque, on comprend que ce sont des universités européennes, comme Mons et Genève, qui sont désormais en pointe dans ce domaine. 
Je relève dans le résumé d'une des communications le paragraphe suivant : « nous détaillerons comment nous formons nos étudiants à mettre en place une démarche analytique critique par le biais d’un travail terminologique inversé, à savoir le nettoyage de bases de données existantes et fournies par des institutions européennes et internationales partenaires. » 
Si l'on pense au Grand Dictionnaire terminologique de l'OQLF, il y a du travail sur la planche.


Mots-clés : langue française; terminologie; recherche; enseignement; ACFAS; Office québécois de la langue française; OQLF; Grand Dictionnaire terminologique; GDT.

samedi 5 mai 2018

La fête à Macron, slogan festif ou agressif ?


 En France, on a souvent l'art de d'interpréter ou de déformer les propos de ses adversaires pour mieux les réfuter. Dans l'emballement médiatique permanent dans lequel nous vivons, on ne prend plus le temps de lire posément et correctement les écrits des autres. On réagit dans l'immédiateté. On surréagit.
On en a eu un exemple récemment à la suite d'un tweet de Marlène Schiappa, la Secrétaire d'État chargée de l'égalité entre les femmes et les hommes, dans lequel elle critiquait « l'insupportable tournure grammaticale » contenue dans le slogan « la fête à Macron ». Certains y ont vu une critique d'une faute de grammaire, alors qu'il s'agissait évidemment d'une critique du choix d'une formulation qui semblait inviter à la violence contre le président de la République.
Dans Le Figaro, Alice Develey opère un glissement typique de ce genre d'attitude : 
« Si, la “fête à Macron”, écrit-elle. promet un “moment de fraternité tranquille” ainsi que l'a indiqué Jean-Luc Mélenchon [...], “un cortège militant, revendicatif et convivial” comme précisé sur le compte Twitter du même nom, sa formulation semble toutefois indiquer une manifestation peu ouverte aux bons sentiments. La Secrétaire d'État chargée de l'égalité entre les femmes et les hommes, Marlène Schiappa, a d'ailleurs souligné une “insupportable tournure grammaticale”. Mais est-elle si incorrecte ? » (1).
On voit l'interprétation, le glissement d'insupportable formulation (d'un slogan senti comme agressif) à incorrection grammaticale.
Après ce qui s'est passé le 1er Mai 2018 à Paris, quand un millier de Black Blocs ont saccagé un McDo et d'autres magasins, on peut effectivement s'interroger sur la violence qui semble s'imposer de plus en plus dans la politique en France, en particulier dans les rangs de l'extrême gauche, et sur la formulation de leurs slogans.
Comment décrypter ce slogan ? D'abord une remarque sur l'emploi de la préposition à dans la fête à. C'est une tournure archaïque ou populaire. De nos jours, on ne dit pas correctement « c'est la fête à ma mère », mais « c'est la fête de ma mère ».  Ensuite sur l'expression complète. Il est clair qu'elle renvoie à l'expression, elle aussi populaire, faire la fête à quelqu'un, qu'il ne faut pas confondre avec faire fête à quelqu'un. La présence de l'article est très importante. Faire fête à quelqu'un, c'est bien l'accueillir, l'accueillir avec joie. C'est positif. Faire la fête à quelqu'un, c'est l'agresser verbalement, voire physiquement. C'est très négatif. D'où toute l'ambiguïté du slogan de La France insoumise. Après ce qui s'est passé le 1er Mai, le mouvement met l'accent sur le côté festif de son appel à manifester. Mais on ne peut pas s'empêcher de comprendre le double sens du slogan - on va faire la fête pour lui faire sa fête - quand on connaît le désir de ses militants d'en découdre avec leur bête noire, Emmanuel Macron.
Le débat politique en France est en surchauffe. Point n'est besoin d'en rajouter.

Mots-clés : France; polémique; slogan; Fête à Macron; La France insoumise.



(1) Alice Develey, « "La fête à" une préposition si incorrecte ? ». Le Figaro, 5 mai 2018.
http://www.lefigaro.fr/langue-francaise/actu-des-mots/2018/05/05/37002-20180505ARTFIG00055-la-fete-a-macron-une-preposition-si-incorrecte.php

vendredi 4 mai 2018

Joies et limites de la traduction automatique...

Ne pas confondre

En espagnol, on dit bien qu'il ne faut pas confondre trampolín (un tremplin) et cama elástica (un trampoline). Apparemment Google Translation n'a pas pigé la distinction. À preuve :

Texte espagnol à traduire :

« A veces la gente confunde los trampolines con las camas elásticas ya que en inglés se utiliza la palabra trampoline para designar a las estructuras de hierro, con muelles y una tela elástica. »

Traductions fournies :

« Sometimes people confuse the trampolines with the trampolines since in English the word trampoline is used to designate iron structures, with springs and an elastic fabric. »

...

« Parfois les gens confondent les trampolines avec les trampolines puisque en anglais le mot trampoline est utilisé pour désigner les structures en fer, avec des ressorts et un tissu élastique. »

...

« Manchmal verwechseln die Menschen die Trampoline mit den Trampolinen, da im Englischen das Wort Trampolin verwendet wird, um Eisenstrukturen mit Federn und einem elastischen Gewebe zu bezeichnen. »

...

« A volte le persone confondono i trampolini con i trampolini poiché in inglese il trampolino viene usato per designare strutture in ferro, con molle e un tessuto elastico. »

...

« Às vezes as pessoas confundem os trampolins com os trampolins, já que em inglês a palavra trampolim é usada para designar estruturas de ferro, com molas e um tecido elástico. »

...

« Soms verwarren mensen de trampolines met de trampolines omdat in het Engels het woord trampoline wordt gebruikt om ijzeren structuren aan te duiden, met veren en een elastische stof. »

et même en russe

« Иногда люди путают батуты с батутами, так как на английском языке батут используется для обозначения железных конструкций, пружин и эластичной ткани. »

Mots-clés : traduction automatique; limites; Google Translation; tremplin; trampoline; espagnol, anglais, français, allemand, italien, portugais, néerlandais. russe.